Créé en 1998 sur un modèle exclusivement numérique, AEF Info est un groupe de presse professionnelle numérique qui produit de l’information en continu pour les décideurs, sur de grands champs socio-économiques : enseignement/recherche, social/ressources humaines, emploi, formation professionnelle, développement durable, habitat/urbanisme et sécurité globale. Ses journalistes rédigent environ 25 000 dépêches par an pour un public de 20 000 professionnels et 2 000 organisations, entreprises, branches professionnelles, syndicats, administrations, collectivités, partis politiques, etc.

AEF Info a choisi de déployer la solution de veille web Ask’n’Read au sein de ses rédactions pour développer et faciliter les activités de veille et la génération de newsletters. La création d’un poste de chef de projet numérique dédié à la mise en place et à l’exploitation de cette solution a permis progressivement l’adhésion des journalistes.

Spécialisée dans la fourniture de contenus en temps réel ou sous forme de newsletters quotidiennes et hebdomadaires, AEF Info compte environ 80 journalistes. Jusqu’en 2015, avant le déploiement d’Ask’n’Read, la revue de presse quotidienne était préparée par un journaliste dédié, la lecture de l’ensemble des parutions étant très chronophage. « Aujourd’hui, les différentes revues de presse sont générées quotidiennement via Ask’n’Read à partir de plus de 600 sources présélectionnées sur la presse nationale ou régionale. Dans le pôle « social RH », il est courant de recenser plus d’une cinquantaine de sujets chaque jour », décrit Quentin Callies, chef de projet numérique et responsable de la plateforme Ask’n’Read. « Les journalistes ne peuvent pas tout suivre, la solution balaie exhaustivement toutes les sources présélectionnées, plus de 5 000 à ce jour ».

Ask’n’Read sert également d’outil à la production de newsletters très ciblées. Le journaliste qui en a la charge sélectionne les sujets dans la liste de résultats générée par la solution. La lettre est ensuite automatiquement créée à partir de cette sélection dans l’outil de production des rédactions. « Nous produisons par exemple une lettre décrivant des exemples de valorisation de transferts technologiques par les SATT (Sociétés d’accélération du Transfert de Technologies). Une intégration avec notre outil de production éditoriale automatise sa création. Autre usage plus « spot », des dossiers de veille temporaires générés à la demande, pour suivre un évènement spécifique, les gilets jaunes par exemple », explique Quentin Callies.

Quentin Callies, Chef de projet numérique, AEF Info © AEF Info

Déploiement d’Ask’n’Read chez AEF Info : un défi plus culturel que technique

Si, dès sa mise en œuvre, la solution n’a pas posé de problèmes techniques, en revanche, les journalistes se sont peu approprié l’outil dans un premier temps, pour des raisons de temps et de culture. « Les journalistes ont peu de temps à consacrer au paramétrage de l’outil, en particulier des mots-clés » rappelle Quentin Callies. En 2015, rapidement consciente du problème, l’entreprise décide de créer un poste dédié à cette tâche qui peut s’avérer complexe.

Sur des problématiques liées au développement durable, les résultats sont généralement très pertinents car les mots-clés spécifiques à ce sujet sont utilisés dans ce seul environnement. À l’inverse, le pôle « social RH » se heurte à des remontées non pertinentes, que l’on nomme « bruit ». Le temps d’analyse pour le journaliste est donc beaucoup plus long. Par exemple, le mot-clé « retraite » amène trop de résultats. « Le but est de paramétrer l’outil pour contextualiser cette expression à travers l’ajout de mots-clés imbriqués, par exemple « senior », ce qui élimine le bruit » détaille Quentin Callies. Il s’agit également de revoir les paramétrages régulièrement.

À l’époque, il restait à convaincre les journalistes de se servir de l’outil dont ils se méfiaient de la pertinence par rapport à leur propre travail de veille. « Maintenant, souligne Quentin Callies, une partie des rédacteurs a une appétence certaine pour ce type d’outils. Au fil du temps, ils ont apprivoisé Ask’n’Read et apprécié les gains de temps offerts. Ils sont moteur pour l’ensemble des rédactions. »

Aujourd’hui, le nombre de demandes pour créer des dossiers à la demande progresse. Une tendance qui devrait s’accélérer avec la migration en cours de la V3 vers la V4 d’Ask’n’Read. « Une version qui garde sa simplicité d’emploi en apportant une ergonomie améliorée » résume Quentin Callies.

Pour en savoir plus :

Petit-déjeuner QWAM-AEF : l’analyse de contenus opérationnelle

IA et conduite du changement