Faisant suite à la remise du rapport France IA il y a moins d’un an, le gouvernement a confié au député Cédric Villani une mission sur l’Intelligence Artificielle. Mathématicien de renommée mondiale – il a reçu la médaille Fields – Cédric Villani a accordé une longue interview au journal Le Monde daté du 9 septembre 2017.

Le titre « L’Intelligence artificielle est l’affaire de tout le monde » donne le ton : l’objet de l’étude n’est plus simplement de recenser les savoir-faire mais plus de « dresser une feuille de route pour le gouvernement dans les années à venir d’un point de vue économique, politique, culturel, éthique et éducative ».

Belle ambition mais qui est finalement à la hauteur des changements qui se préparent ou plutôt qui s’opèrent actuellement.

Le 7 aout, le même journal Le Monde publiait un article titré « En Chine, deux chatbots bannis après des propos défavorables au régime ». L’article expliquait qu’à la question « Est-ce que tu aimes le Parti communiste ? », BabyQ, l’un des deux chatbots avait répondu plusieurs fois « non ». Quant à son compère, il aurait répété à plusieurs reprises « mon rêve est d’aller en Amérique ».

C’est en fait l’entreprise Tencent, qui les avait développés, qui a confirmé à l’agence Reuters avoir « supprimé » les deux chatbots.

L’article ne détaille pas si l’entreprise et le régime de Pékin ont admis que ces propos « défavorables » étaient le fruit de l’imagination de deux chatbots ou y ont-ils vu une perfidie de leurs concepteurs.

Si cette histoire prête à sourire (bien que les conséquences en Chine ne soient pas amusantes), elle invite à la réflexion dans la mesure où une machine est capable d’analyser des données textuelles (en l’occurrence des textes de messagerie) et d’inférer de nouvelles phrases ayant un sens.

Et en y réfléchissant, de très nombreuses questions se posent, comme celle récemment entendue dans un colloque du monde de l’assurance à propos des voitures autonomes : que fera son intelligence artificielle lorsqu’un enfant surgira devant ses roues ? Risquera t’elle la vie des occupants en évitant l’enfant ou fera t’elle le choix inverse avec les conséquences qu’on imagine pour l’enfant ? Question complexe pour l’assureur de cette voiture et cornélienne pour ses occupants.

Et nous ne parlons pas de l’impact de ces nouveaux robots intelligents dans le monde du travail tertiaire.

La discussion n’est donc plus technique mais bien sociétale et elle ne fait que commencer. La mission de Cédric Villani de par les sujets couverts sera donc bien « l’affaire de tout le monde ».

QWAM en tant qu’acteur de l’Intelligence Artificielle appliquée au traitement des données textuelles sera partie prenante de ces réflexions à travers les différentes associations comme le G.F.I.I. dont elle est membre.

(1 ) http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/09/09/cedric-villani-l-intelligence-artificielle-est-l-affaire-de-tout-le-monde_5183163_4408996.html