Le Journal Les Echos titrait dans son édition du 27 avril 2017 : « La transformation numérique au service d’une nouvelle dynamique économique » (1) en indiquant dans son chapeau « L’Intelligence artificielle émerge depuis quelques mois comme la nouvelle technologie pour accélérer la transformation numérique et stimuler la croissance ».

S’il est vrai que l’Intelligence artificielle connait un réel regain d’intérêt depuis quelques mois, il est aussi vrai que ces technologies se développent depuis des décennies. Chez QWAM nous travaillons depuis bientôt dix ans sur ces algorithmes et les progrès réalisés proviennent surtout de la facilité avec laquelle nous pouvons nous procurer de larges volumes de données indispensables notamment pour le Machine Learning.

Larges volumes de données qui amènent la question de leur typologie et de leur valorisation. En fait, l’immense majorité sont non-structurées et principalement textuelles : vos mails, vos commentaires, les pages web, de media sociaux… . Facebook, GMAIL, LinkedIn, Twitter … sont les noms des nouveaux générateurs de données du Net… toutes textuelles et vidéos.

Finalement lorsqu’on y regarde de plus près, l’enjeu de la transformation numérique des entreprises est double :

    – le premier, celui auquel tout le monde pense, c’est celui des processus jusqu’à présent manuels et qui sont en train de s’informatiser : finis les post-its, mails « pour rappeler que » et autres messagers pour exécuter des tâches en séquence. Les outils de mobilité permettent de simplifier tous ces processus. Le cas d’école, c’est le livreur UPS ou DHL : je me souviens avoir commandé une licence de logiciel à une société américaine ; le produit nous a été livré par UPS. A sa réception, nous avons signé le bon sur le terminal du livreur. Instantanément, l’éditeur américain nous a envoyé l’accusé de réception, et donc la facture à régler, par mail. Sans parler, de toute la logistique chez UPS que notre signature a déclenchée. C’est le premier enjeu.

    – le second, auquel peu pensent spontanément, est une conséquence du Big Data. Que fait-on des centaines de millions d’informations du Net, non-structurées mais qui pour certaines sont essentielles pour votre business ! Soit, l’entreprise les ignore (après tout, on vivait bien sans jusqu’à présent !) soit elles deviennent un élément différentiateur créateur de valeurs.

Inutile de dire que chez QWAM nous sommes en faveur de la deuxième solution et des outils comme QWAM Text Analytics sont là pour y parvenir. Maintenant, la réflexion sur la transformation numérique va un peu plus loin : celles liées aux processus va se faire à marche forcée. Ceux qui s’inscriront dans cette démarche vont y gagner en productivité et donc en avantages concurrentiels ; les autres vont disparaitre.

L’histoire est connue depuis l’informatisation des comptabilités et on peut légitiment prévoir une belle croissance de ces projets pour les cinq années à venir. Le titre des Echos rappelé en début de ce post est justifié.

Mais pendant ce temps-là, les données disponibles et libres d’accès (c’est la tendance) vont continuer à croitre et les outils pour les valoriser vont continuer à progresser. Bien au-delà des cinq années à venir ! Et ces données sont pour l’essentiel non-structurées et textuelles. Voilà pourquoi nous consentons des investissements majeurs sur QWAM Text Analytics.

(1) En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-169398-la-transformation-numerique-au-service-dune-nouvelle-dynamique-economique-2083011.php#z7uJfC4ofKBhaWds.99